Madère : Vivre l’océan, en partenariat avec Lobosonda.

Salut à vous !

Voici le premier article d’une série de récits de voyage à Madère qui s’annonce riche en émotions…

Madère est la principale île de l’archipel du même nom qui se trouve dans l’océan Atlantique, au large du Maroc. C’est une région autonome du Portugal qu’on pourrait définir comme une montagne escarpée et luxuriante posée sur l’océan.

Je vais vous parler de notre expérience avec Lobosonda, une agence locale qui propose des excursions en bateau pour découvrir les mammifères marins. Nous avons été invités, mais nous gardons toute notre liberté pour vous faire ce retour d’expérience.

  • Pourquoi cette collaboration ?

En préparant notre voyage à Madère, je me suis renseigné sur les différentes agences qui proposaient des excursions en bateau.
Mon intérêt s’est porté sur Lobosonda pour son éthique respectueuse de l’océan. J’ai longuement échangé par mail avec Joana, qui m’a expliqué la philosophie de l’agence.

Pour eux, leur activité est plus qu’une source de revenus, c’est avant tout un engagement pour l’océan et toute sa biodiversité. L’équipe travaille quotidiennement sur les questions relatives à la préservation des océans. D’ailleurs, une page  sur leur site est dédiée à l’information des visiteurs et regroupe différents pétitions pour défendre la cause de l’océan & sa biodiversité. Je vous invite à la découvrir en cliquant →ICI

L’agence organise également des actions de préservation du littoral, comme le nettoyage des plages.

Ce qui m’a également plu, c’est l’histoire de leur bateau, le « Ribeira Brava ». Un authentique bateau de pêche qui a sillonné l’océan durant 36 ans (entre 1964 et 2000), avant d’être mis au rebut. C’est le père de Joana, Rafael Gomes, qui a racheté le bateau pour le restaurer. Vous pouvez voir des photos d’époque →ICI

Le Ribeira Brava.

C’est au fil de nos échanges que Joana m’a proposé de nous inviter pour une excursion à bord du Ribeira Brava.

  • Notre expérience

Nous avons bien failli ne pas arriver à temps pour monter sur le bateau : Nous étions pourtant en avance, mais le GPS nous a fait prendre des routes impossibles. Nous nous sommes retrouvés du mauvais côté de la Marina qui était fermée pour cause de travaux, une vraie galère. J’ai contacté l’agence par téléphone pour solliciter leur aide. Malgré mon anglais rudimentaire, nous avons pu échanger et ils ont été d’une patience et d’une bienveillance à toute épreuve. Finalement, nous avons pu rejoindre le quai à temps.

Petite route & végétation luxuriante de Madère.
Les Bananiers qu’on trouve sur toute l’île.
En descendant vers l’océan.
Une petite banane avant d’embarquer ?
Paysage typique de Madère.

Nous sommes montés à bord avec une dizaine d’autres personnes, accompagnés de Filipe, notre capitaine, et de Fatima, notre guide souriante et attentionnée.

Nous avons quitté le port, nous dirigeant vers l’océan immense, infini. Sur le bateau, le temps n’avait plus de prise. (À chaque fois, ça me fait cet effet là !)

En quittant le port.
Vue sur Calheta depuis le Ribeira Brava.
Vue sur la côte escarpée de Madère.

Fatima a pris le temps d’échanger avec chaque petit groupe sur le bateau, déclamant avec une passion non feinte que nous étions des invités sur l’océan, que la nature était imprévisible et insaisissable et qu’il était important d’apprécier chaque instant.

Au loin, nous avons aperçu un dauphin. Puis un autre. Quelques minutes plus tard, il étaient tout autour de nous, j’étais comme une enfant : avec des étoiles plein les yeux.

L’approche est respectueuse et les dauphins curieux profitent des vagues créées par le bateau pour se déplacer à toute vitesse. Tout autour de nous, ils se croisent, passent sous le bateau, repassent, sautent. Une douce euphorie semble partagée entre les humains subjugués et les dauphins qui nagent tout autour. Il y a des instants comme celui-ci, qui resteront à jamais gravés dans ma mémoire…

Croiser le regard d’un dauphin.
Le bleu de l’océan.
Il s’agit de dauphins communs.
Couleur caractéristique du dauphin commun.
Tout autour de nous, c’est l’effervescence.
Vision irréelle.
Instants magiques.
Je ne les avais jamais vu d’aussi près…
Le groupe suivant le bateau.
Détails & textures.
Le grand bleu…
L’instant gravé dans mon cœur.
Fatima nous en dit un peu plus sur les dauphins communs.

Après un moment passé à observer les dauphins, ils ont fini par s’éloigner. Bercée par les vagues, j’ai eu l’impression de m’éveiller d’un rêve. Il est difficile de retranscrire l’intensité de cette expérience avec des mots & des images, c’est quelque chose qui prend aux tripes, qui secoue le cœur…

Mais ce jour là, il n’y a pas eu que le rêve. Lors de cette excursion, j’ai vu autre chose : un morceau de plastique qui flottait dans l’océan. J’ai eu le cœur serré. J’ai cette terrible question sur le bout des lèvres : Dans quelques années, la biodiversité marine ne sera-t-elle qu’un lointain souvenir ? Ce qui n’aurait été qu’un détail aux yeux de certains m’a fait l’effet d’une claque. Cela m’a conforté encore plus dans l’importance de faire des efforts au quotidien pour réduire ma consommation de plastique, et des efforts, il y en encore, je suis encore loin du zéro déchet.
Des infos et des idées pour agir →ICI

De retour à quai, avec un tas d’émotions qui s’entremêlent.
La Marina.
Fin de l’aventure.

Vous pouvez voir ou revoir la vidéo Teaser de cet article : 

J’espère que cet article vous a plu ! Vous pouvez retrouver toutes les infos sur Lobosonda sur leur site en cliquant →ICI

Cet article vous a plu ? Vous pouvez l’épingler sur Pinterest :

 

 

8 commentaires sur « Madère : Vivre l’océan, en partenariat avec Lobosonda. »

  1. Quel souvenir impérissable! C’est vrai que les images de l’océan ont tendance à me faire rêver mais mais j’ajoute: tes images sont très belles et l’émotion décuplée à la lecture de tes mots tellement justes. Comme toi, j’ai le cœur acéré quand je découvre les traces de l’homme sur notre passage et celui des animaux.

    Aimé par 1 personne

  2. Quelle superbe expérience et ce bateau est vraiment beau avec toute l’histoire qu’il trimballe…
    J’avais aussi vu que ce genre d’expérience était possible mais j’ai préféré le plancher des vaches, bien plus sécuritaire (hum hum vu les pourcentages des cotes !!) !

    Aimé par 1 personne

  3. J’en ai fait une en Algarve et ce moment avec les dauphins restera magique. Le tour quz j’avais choisi expliquait bien qu’il était possible de ne pas les voir. Car il respectait leur environnement. Ce n’est pas la chasse à tout prix.

    Aimé par 1 personne

  4. C’était tout simplement MAGNIFIQUE !!!! Entre les photos merveilleuses, le récit poignant & les dauphins qui s’entremêlent … je nage dans le bonheur. J’imagine à quel point le tri des photos a du être compliqué !!! Fatima a l’air adorable et pleine de vie et je suis ravie d’apprendre qu’elle oeuvre pour la préservation du littoral. Ça fait toujours plaisir de rencontrer des gens passionnés et bienveillants. Le morceau de plastique me fend également le cœur, surtout quand je m’imagine un dauphin pas loin c’est terrible…. c’est sur que moi même je suis loin du zéro déchet mais chaque petit effort compte et on doit en prendre conscience.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton petit mot ♥ L’expérience était tout simplement magique comme tu t’en doutes. C’est toujours important pour moi de choisir des agences respectueuses de l’environnement et de la biodiversité, avec un réel engagement éthique. Pouvoir observer des animaux sauvages dans leur milieu naturel, ça me bouleverse à chaque fois ♥

      Aimé par 1 personne

Un petit mot, une question ? C'est par ici :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s